Doctorat « Interprétation et création musicales » (ICM)

     A partir de la rentrée 2020, l’Université de Strasbourg délivre un doctorat « Interprétation et création musicales » (ICM), en partenariat avec la Haute Ecole des Arts du Rhin (HEAR) et la Hochschule für Musik (HfM) de Freiburg.

     L’objectif scientifique est de produire une recherche de haute qualité et de rayonnement international sur les pratiques interprétatives et créatives musicales d’hier et d’aujourd’hui et de questionner l’acte performatif. L’originalité de ce projet réside dans le fait que ces recherches sont assurées et encadrées par des chercheurs et des musiciens et, principalement aussi, par des chercheurs-musiciens. Le regard sur les pratiques musicales n’est donc pas seulement externe, mais interne, ce qui est aussi la garantie d’une recherche incarnée, en interaction avec la pratique musicale elle-même. C’est donc dans une logique vertueuse de nourrir la recherche par la pratique et la pratique par la recherche que ce doctorat ICM a été pensé.

Un doctorat franco-allemand

     Les trois établissements partenaires du doctorat ont en outre créé, au sein de l’Université franco-allemande de Sarrebrûck, un collège doctoral européen d’interprétation et de création musicales.

     Ainsi, tout étudiant inscrit en doctorat ICM à l'Université de Strasbourg et ayant fait le choix d'un encadrement pédagogique de la pratique musicale au sein de la HfM sera obligatoirement rattaché au Collège doctoral franco-allemand « Interprétation et création musicales » (CDFA), et bénéficiera de l’offre commune de séminaires et de cours des trois établissements, d’une aide à la mobilité et des ressources musicales et documentaires des trois établissements. Il en va de même pour tout étudiant inscrit en doctorat ICM à la HfM et ayant fait le choix d'un encadrement pédagogique de la pratique musicale au sein de la HEAR.

     Toutefois, tout étudiant inscrit en doctorat ICM à l'Université de Strasbourg et ayant fait le choix d'un encadrement pédagogique de la pratique musicale au sein de la HEAR peut, sur simple demande, être rattaché au CDFA, et bénéficier des même avantages que les étudiants rattachés obligatoirement au CDFA. Il en va de même pour tout étudiant inscrit en doctorat ICM à la HfM et ayant fait le choix d'un encadrement pédagogique de la pratique musicale au sein de la HfM.

     A ce jour, ce concept est unique en Europe dans le domaine de la pratique musicale. Il doit permettre de former des musiciens de très haut niveau, mobiles et capables de faire valoir leur expertise scientifique et leurs aptitudes artistiques à travers le monde entier.

     Au vu de l’attractivité internationale déjà existante des formations de l’Unistra, de la HEAR et de la HfM, l’approche comparative franco-allemande permet de confronter au sein du CDFA les pratiques et les usages entre les différents pays. La présence au sein du CDFA de chercheurs et d’interprètes issus de différentes traditions encore présentes aujourd’hui dans l’enseignement des conservatoires et hautes écoles contribue à augmenter le potentiel de recherche et sa pertinence.

     Les langues des séminaires et enseignements à suivre au sein du CDFA sont le français, l’allemand et l’anglais (chaque intervenant s’exprimant dans sa langue ou une de ces trois). Les enseignants invités de l’étranger peuvent dispenser leur enseignement en anglais. Les travaux rendus par les étudiants pour ces séminaires sont dans l’une de ces langues, en accord avec l’enseignant. La thèse doit être rendue dans la langue imposée par l’établissement dans lequel se trouve le directeur de thèse. La soutenance de thèse suit la même règle.

A qui s’adresse le doctorat ICM ?

     Le doctorat ICM s’adresse à des interprètes, compositeurs et directeurs d'ensemble, déjà professionnels ou en formation initiale, titulaires d’un master, qui souhaitent approfondir, dans une démarche de recherche et de création, une problématique précise liée à leur pratique musicale. Ces interprètes, compositeurs et directeurs d'ensemble devront faire état d’un haut niveau de pratique musicale et d’aptitudes avérées pour la recherche scientifique (réflexion critique) sur cette pratique ou sur l’un de ses aspects.

     Les travaux de recherche scientifique peuvent être menés dans les domaines suivants : la théorie et histoire de l’interprétation, de l’improvisation et de la création musical ; l'histoire de la musique ; l'analyse musicale ; l'esthétique musicale ; la pédagogie et la didactique musicales ; la recherche artistique (artistic research and theory) ; la physiologie et la psychologie de l’acte performatif ; etc.).

     Toutes les périodes historiques et tous les styles et genres musicaux sont concernés.

     Il est également possible de conjoindre une ou plusieurs autre(s) discipline(s) scientifique(s) dans les recherches qui seront menées comme par exemple l’histoire, la philosophie, les études littéraires et philologiques, la psychologie, la sociologie, l’informatique, l’acoustique, etc.

Disciplines concernées

     Le doctorat ICM est ouvert dans toutes les disciplines instrumentales, en chant, en jazz, en musiques actuelles, en musiques traditionnelles, en musique ancienne, en musique de chambre instrumentale ou vocale, en direction d’ensembles instrumentaux ou vocaux, en composition (incluant les techniques électro-acoustiques, de composition assistée par ordinateur et d’improvisation). Ces disciplines sont susceptibles d’évoluer en fonction de l’offre de formation de la HEAR et de la HfM.

Organisation du travail

     Pour un étudiant inscrit en thèse en France, la durée du doctorat ICM est typiquement de trois ans. Les cours de pratique musicale, ne sont assurés que sur cette période. Toutefois, conformément aux dispositions prévues à l’article 15 du décret du 25/05/2016, des dérogations peuvent être accordées pour une durée de préparation plus longue.

Le doctorat ICM implique :

  • l’élaboration et la rédaction d’un travail scientifique de haut niveau, répondant à une problématique originale autour de l’interprétation et/ou de la création musicales, et prenant la forme d’une « thèse » dont le volume correspond environ à la moitié d’une thèse classique en musicologie ;
  • une démarche d’expérimentation artistique pratique dans les domaines de l’interprétation ou de la création musicales, qui prend la forme d’une « prestation artistique de fin d’étude » (ou « récital »), de très haut niveau.

     Les deux démarches se nourrissent l’une l’autre. Le travail pratique vient fournir une partie de la matière à la réflexion théorique ; la recherche théorique fournit un cadre d’étude et méthodologique au travail pratique. Ainsi le répertoire présenté lors du récital est lié d’une quelconque manière (historique, stylistique, esthétique…) à la thèse proprement dite.

     Cela implique un double encadrement du travail doctoral :

  • une direction scientifique classique, assurée par un « directeur de thèse », enseignant-chercheur habilité à diriger des recherches de l'Université de Strasbourg (professeur ou maître de conférences HDR) et membre de l’ED 520 Humanités et de l'ACCRA ;
  • un encadrement pédagogique de la pratique musicale (instrumentale, vocale, direction de chœur, direction d’orchestre, création), assuré par un « directeur artistique » (ou un « directeur artistique » référent de la HfM), en vue de l’acquisition par le doctorat d’une totale autonomie à l’issue de son doctorat.

     Le diplôme de doctorat est délivré lorsque les deux démarches, pratique et scientifique, ont atteint un niveau de doctorat.

     Afin de choisir plus aisément un directeur de thèse parmi les professeurs et les maîtres de conférences HDR en musicologie de l'Université de Strasbourg, il est possible d'obtenir plus d'informations sur ces enseignants-chercheurs HDR, et d'entrer en contact avec eux, en consultant la page du site Internet de l'ACCRA dédiée aux membres chercheurs de l'ACCRA (section « Domaine Musicologie »).

     De même, afin de choisir plus aisément un directeur artistique parmi les enseignants en musique de la HEAR, il est possible d'obtenir plus d'informations sur ces enseignants, et d'entrer en contact avec eux, en consultant la page du site Internet de la HEAR dédiée à la pédagogie en musique (section « Enseignants de dominantes »).

Formation doctorale

     Durant les trois années du doctorat, le doctorant doit suivre :

  • des séminaires méthodologiques, éthiques et d’insertion professionnelle (regroupés sous le terme de « formation transversale »), à l’Unistra (et/ou à la HfM si option pour le CDFA) à hauteur de 54h sur la durée du doctorat ;
  • des séminaires scientifiques organisés par l’Unistra et la HEAR (et la HfM si option pour le CDFA) à hauteur de 90h sur la durée du doctorat (ces séminaires pourront prendre la forme d’un colloque de recherche - avec participation active des doctorants -, couplé à des séminaires bloqués) en accord avec le projet scientifique et personnel du doctorant ;
  • des masterclasses organisées par la HEAR (et le HfM si option pour le CDFA), au nombre de 6 sur la durée du doctorat.

     A cela s’ajoutent :

  • des rendez-vous réguliers avec le directeur de thèse ;
  • des enseignements de pratique auprès du directeur artistique à hauteur de 90h sur la durée du doctorat, dont la validation se fera sur la base d’un programme de concert présenté publiquement une fois par an par le doctorant devant un jury compétent ;
  • un projet personnel à visée professionnelle, qui peut prendre la forme d’une mission dans une structure artistique (4 à 6 semaines) ou d’un projet artistique (programme de concert en tournée...), et qui, à valider une fois au cours du doctorat, est proposé par le doctorant et validé conjointement par le directeur artistique et par le directeur de thèse.

Recrutement et modalités d’admission

    Le recrutement du candidat s'effectue suite au dépôt d'un dossier de pré-candidature et d'un projet préparatoire de thèse, suivi de deux évaluations des prérequis d'ordre artistique (par la HEAR) d'un côté, et d'ordre scientifique et pédagogique (par l'Université de Strasbourg) de l'autre.

     Le dossier de pré-candidature

     Afin de participer à l’épreuve pratique, indispensable à l’inscription au doctorat ICM, les candidats doivent transmettre, avant le vendredi 16 avril 2021 à 18h (au plus tard), leur dossier de pré-candidature (en français) à Mathieu Schneider, vice-président de l’Université de Strasbourg, à l'adresse e-mail suivante : doctorat-icm@accra-recherche.unistra.fr.

     Ce dossier de pré-candidature se compose des documents suivants :

  • le sujet de recherche, complété du nom du directeur de thèse (ou des codirecteurs en cas de cotutelle pour la thèse) et du nom du directeur artistique ;
  • une lettre de motivation (1 page A4 maximum) ;
  • un CV (3 pages A4 maximum) ;
  • les besoins techniques spécifiques pour l’épreuve pratique et la nature de celle-ci.

     En outre, le dossier de pré-candidature devra aussi comporter :

  • pour les interprètes, un programme de l'audition de 45 minutes en lien avec le sujet de recherche ;
  • pour les compositeurs, la liste des compositions présentées.

     Des frais de dossier de 60 euros seront à régler avant le 4 mai 2021 auprès de l’Académie supérieure de musique de Strasbourg (Cité de la Musique et de la Danse, 1 place Dauphine, 67000 Strasbourg). Pour ce faire, veuillez contacter Thibaut Gindensperger à l'adresse E-mail academie.strasbourg@hear.fr.

     Le projet préparatoire de thèse

     Les candidats doivent transmettre, avant le vendredi 23 avril 2021 à 18h (au plus tard), leur projet préparatoire de thèse (rédigé de préférence en français, ou éventuellement en anglais) à l'adresse e-mail suivante : doctorat-icm@accra-recherche.unistra.fr.

     Le projet préparatoire déposé (15 à 20 pages maximum avec bibliographie) n’est pas forcément celui qui sera déposée ensuite pour l’inscription en thèse. Il peut s’agir d’une version préparatoire et encore amendable. Elle devra avoir été discutée avec le directeur de thèse pressenti.

     En outre le projet doit être accompagné :

  • pour les compositeurs, d'un dossier de travaux de composition qui doivent avoir un lien avec le sujet de recherche ;
  • pour les directeurs d'ensemble, d'un enregistrement de pièces qui doivent avoir un lien avec le sujet de recherche.

     Ces travaux de composition et enregistrements de pièces seront présentés et discutés avec le jury lors de l’épreuve pratique.

     L'évaluation des prérequis d'ordre artistique

     Cette évaluation sera effectuée à la HfM de Freiburg le mardi 4 mai 2021. Chaque candidat recevra un horaire de convocation. En fonction des contraintes sanitaires imposées à cette date, l’épreuve pratique pourra se dérouler en distanciel, si le candidat en a fait la demande lors de sa pré-candidature.

     Tous les candidats passeront un entretien de 10 minutes avec le jury visant à présenter l’articulation entre projet artistique et scientifique.

     Puis, selon la discipline, l'évaluation diffèrera :

  • pour les disciplines vocales et instrumentales, les candidats présenteront leur programme de 45 minutes en lien avec le sujet de recherche, dont le jury auditionnera environ 20 minutes ;
  • pour la composition (instrumentale, vocale, mixte ou électroacoustique), les candidats s’entretiendront avec le jury pendant 20 minutes autour du dossier de travaux de composition envoyé ; au cours de cette présentation, le candidat devra en outre faire entendre (même partiellement) au moins deux œuvres de nomenclatures ou dispositifs différents ;
  • pour la direction de chœur et d’orchestre, les candidats s’entretiennent avec le jury pendant 20 minutes autour de l'enregistrement envoyé.

     Le candidat retenu à un doctorat ICM à l'issue de l'évaluation des pré-requis d'ordre artistique, suivra les procédures mises en place par l’Ecole doctorale 520 Humanités (ED 520) au sein du collège doctoral – Université de Strasbourg pour l'évaluation des pré-requis d'ordre scientifique et pédagogique.

     L'évaluation des prérequis d'ordre scientifique et pédagogique

     Cette évaluation est effectuée par l’ED 520 sur l’examen d’un dossier en tous points comparable à ceux fournis dans le cadre des admissions en doctorat à l’ED 520, en suivant le calendrier de cette dernière que vous pouvez consulter sur le site Internet de l'ACCRA (section « Inscription en 1ère année de doctorat »).

     Le dossier de candidature se compose des documents administratifs d’usage, pour lesquels vous trouverez des informations sur le site Internet de l'ACCRA (section « Inscription en 1ère année de doctorat »).

     Le jury de l'évaluation des pré-requis d'ordre artistique transmettra de son côté son avis circonstancié au directeur de l’ED 520 qui prononce l’admission en doctorat au vu de cet avis et du projet de recherche remis par le candidat.

     Une fois le dossier accepté, le candidat est ensuite inscrit en doctorat ICM dans les établissements dans lesquels se trouvent ses deux directeurs (recherche et artistique) et s’acquitte des droits d’inscription correspondants.

Délivrance du diplôme : jurys, récital et soutenance

     Le diplôme du doctorat ICM est délivré au doctorant lorsque celui-ci a réalisé avec succès :

  • une prestation artistique (interprétation ou création musicales) en relation avec le sujet de thèse (« prestation artistique de fin d’études ») ;
  • la rédaction et le dépôt d’une thèse, pouvant être accompagnée d’autres documents ou supports ;
  • la soutenance de la thèse.

     Le rendu, le dépôt de la thèse et l’autorisation de soutenance se font selon les modalités prévues par la règlementation en vigueur. Une fois l’autorisation de soutenance délivrée, les deux épreuves finales ont lieu selon les modalités prévues par les établissements concernés.